La Commission Vérité et Réconciliation de Sierra Leone

Écrit par: 
Rubrique: 
Année: 
2003
Sous-titre: 

Les Commissions Vérité et Réconciliation sont devenues l'une des options classiques dans la palette des alternatives judiciaires de transition. Elles sont comme un moyen terme entre des approches extrêmes en matière de responsabilité pour les atrocités passées et les autres violations des droits de l'homme. La Commission Vérité et Réconciliation ne « pardonne pas et n'oublie pas », parce qu'elle est fondée sur la vérité connue du public, pas plus qu'elle n'insiste sur les poursuites rigoureuses que permettent les mécanismes de la justice répressive. Le modèle d'Afrique du Sud est probablement le mieux connu, bien qu'il ait des caractéristiques atypiques, comme le pouvoir de recommander l'amnistie des auteurs d'atrocités qui faisaient l'entière confession de leurs actes.

La Commission Vérité et Réconciliation en Sierra Leone (CVR) a été établie en juillet 2002 conformément à une Loi votée par le Parlement. Elle devrait rendre son rapport final au Président de la Sierra Leone en juin 2004. Ce rapport fournira à la Sierra Leone un récit détaillé de l'histoire du pays, mettant en lumière la terrible guerre civile des années 1990, de même qu'une analyse de ses multiples dimensions politique, économique et sociale, dans le but de permettre la compréhension des causes du conflit, ainsi que des conclusions et des recommandations.