La dimension humaine de l’OSCE et la lutte contre le terrorisme

Rubrique: 
Année: 
2004
Sous-titre: 

L'arrivée du troisième millénaire a été marquée par le début de ce que d'aucuns ont qualifié « nouvelle guerre mondiale ». Dans le contexte de la mondialisation, bâti sur les cendres de l'empire soviétique, la nouvelle menace que constitue le terrorisme international est par nature omniprésente, disséminée et asymétrique, ce qui rend discutable toute analogie avec les conflits armés classiques, et notamment les deux guerres mondiales que nous avons connu au cours du XXe siècle.

Les Etats se sont livrés à une mobilisation collective pour affronter ce nouveau danger, même si les clivages politiques et idéologiques empêchent l'adoption même d'une définition du phénomène universellement reconnue. Tant que ces divergences, concernant la définition mais aussi l'approche générale au terrorisme, les moyens d'action et les solutions à apporter, persistent la mobilisation contre le terrorisme ne sera jamais gagnée.

Suite aux évènements tragiques du 11 septembre 2001, toutes les organisations internationales, même de caractère régional, ont inscrit à l'ordre du jour le terrorisme, par l'adoption de déclarations, de résolutions, de plans d'actions contre un phénomène qui a pris une dimension transnationale. L'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) a vu, dans cette nouvelle réalité internationale, encore un champ d'action, un rôle positif à jouer ou une occasion de réaffirmer sa présence sur la scène internationale.