Les engagements d’Addis Abeba et le « fonds vert » pour la lutte contre le changement climatique

Écrit par: 
Rubrique: 
Année: 
2015
Sous-titre: 

Il est sans doute impossible de ralentir la dynamique des changements climatiques, c’est-à-dire d’agir contre le réchauffement, ni de faire face à ses conséquences, sans de solides modes de financement, destinés en particulier à soutenir l’action des pays en développement. C’est pourquoi dès 1992, la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) adoptée à Rio de Janeiro, prévoyait la mise en place d’un mécanisme financier.